Ode au Noir en Forêt Noire : Pierre Soulages dans la collection Biedermann

Quand la Lumière devient Outrenoir
 

L’œuvre de Pierre Soulages s’inscrit dans l’esprit des alchimistes médiévaux : elle relève du corps et de l’esprit à la fois, transmutée et sublimée au travers du prisme de la lumière devenue matière. Ses toiles ont une puissance, une intensité qui ne laisse de place qu’à leur intense rayonnement. Etoiles noires qui attirent, enveloppent, captivent. Leur présence physique est d’une puissance et d’une force irrésistible :  on s’y perd, on se laisse emporter, on tombe, littéralement, dans les profondeurs cosmiques du noir devenu lumière. Ou de la lumière noire. Densité sensuelle et sereine à la fois, qui pousse à la méditation comme au dialogue. Réalité incarnée, mystique et charnelle, qui vibre et respire. Il y a de la mystique et de la foi, évidentes et tranquilles, dans cette Œuvre au noir si aboutie et cependant en constante évolution. L’annexe « moderne » et volontairement minimaliste du MUSEUMART.PLUS en constitue l’écrin idéal. Plus qu’une salle d’exposition, cette « Chambre Soulages » est en réalité une chapelle : La Chapelle des Soulages. Une lieu serein, à dimension humaine, dépouillé et évident, où une quinzaine de grands "Outrenoirs" monochromes dialoguent et vibrent. Chapitre de moines-soldats et philosophes venus du fond des âges, immenses, intenses et puissants, sans cesse changeants dans les jeux de lumière qui les surplombent et les soulignent ou les estompent au fil des heures. Le Noir est plus qu’une couleur : il est toutes les couleurs et la lumière à la fois. Il est présence et absence, incarnation et esprit, dense et subtil, éphémère et intemporel. Il EST, tout simplement. Et Soulages est son prophète. Son passeur. Son alchimist

 
Echappée belle sur la salle des Soulages...

Echappée belle sur la salle des Soulages...

Abritée dans la nouvelle aile du musée, réalisée par Lukas Gäbele et Tanja Raufer en 2009. Détail: la superbe porte de "l'entrée des oeuvres".

Abritée dans la nouvelle aile du musée, réalisée par Lukas Gäbele et Tanja Raufer en 2009. Détail: la superbe porte de "l'entrée des oeuvres".

 

« Pour moi, le noir, c’est un excès, une passion » 

Pierre Soulages, peintre et graveur, est né à Rodez, dans le Sud-Ouest de la France, le 24 décembre 1919. Dans cette terre minérale où la lumière a la dureté brute des pierres, empreinte d’histoire, il se passionne très tôt pour l’art roman et préhistorique. A 18 ans, il est admis à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, à Paris. Qu’il n’intègrera que très peu de temps avant de repartir pour Rodez, déçu de la médiocrité de l’enseignement. Ce premier séjour à Paris lui permet cependant de découvrir Cézanne et Picasso et de passer beaucoup de temps au Musée du Louvres. 

Mobilisé en 1940, démobilisé en 1941, il séjourne à Montpellier où il découvre les collections du Musée Fabre, avant de se réfugier dans la clandestinité pour échapper aux réquisitions du STO*. Ce n’est qu’après la guerre qu’il peut se consacrer à nouveau à la peinture, en s’installant à Paris et en optant, en rupture radicale avec le style dominant à l’époque, pour des toiles abstraites où le noir domine. Il expose pour la première fois en 1948, en Allemagne, aux côtés des premiers maîtres de l’art abstrait : Kupka, Domela, Herbin. S’ensuivent, jusqu’à la fin des années 1950, de nombreuses expositions personnelles : à Paris, Londres, Copenhague, New York, Sao Paulo. Il réalise des gravures à l’eau-forte, des décors de ballet et de théâtre. Ses œuvres voyagent pendant des années dans les grands musées américains, au travers d’expositions de groupe. Il expose régulièrement à la Kootz Gallery à New York et à la Galerie de France, à Paris. Ses toiles commencent à être acquises par de grands musées, en Europe, aux Etats-Unis, en Amérique Latine dès les années 1950. 

 
Soulages2.jpg
Soulages5.jpg
Soulages4.jpg

Il est aujourd’hui représenté dans plus de 110 musées à travers le monde à travers plus de 250 tableaux. Les premières rétrospectives de ses œuvres débutent dans les années 1960 à Hanovre, Essen, Zurich, La Haye, Houston. C’est au Museum of Fine Arts de Houston, au Texas, qu’il « tend » pour la première fois (1966) ses toiles avec des câbles d’aciers, entre sol et plafond. 1979 est à la foi un tournant et un aboutissement en forme de prolongement, avec l’exposition au Centre Georges Pompidou (Paris) de ses premières peintures monopigmentaires, fondées sur « la réflexion de la lumière par les états de surface du noir **». Ce qu’il appellera plus tard « noir-lumière » ou « outrenoir ».
1987-1994 : réalisation des 104 vitraux de l’Abbatiale de Conques.
1994-1998 : parution d’un premier catalogue raisonné.
2001 : Pierre Soulages est le premier artiste vivant à être exposé tant au Musée de l’Ermitage de Saint Pétersbourg qu’à la Galerie Tretiakov à Moscou.
2005 : Première donation au Musée de Rodez, sa ville natale, qui devient ainsi le dépositaire de la plus grande collection de ses œuvres au monde. 
2007 : le Musée Fabre consacre une salle entière à l’importante donation que le peintre fait cette année-là à la ville de Montpellier.
2009 : à l’occasion du 90 ème anniversaire du peintre, le Centre Pompidou lui consacre la plus grande rétrospective jamais consacrée par le Centre à un artiste vivant. 
2014 : inauguration du Musée Soulages à Rodez
2017-18 : Les œuvres du peintre dans la collection Biedermann figurent au centre de l’exposition « leidenschaft. passion » avant de s’installer en résidence dans la nouvelle annexe dédiée du MUSEUMART.PLUS à Donaueschingen.

 
Soulages1.jpg

Pierre SOULAGES

Une chapelle de lumière comme un écrin: Ode à l'Outrenoir

 

*STO : le Service du Travail Obligatoire, ou STO, fut institué en France en 1943 par l’occupant nazi et le régime
de Vichy. Réquisitionnés de force pour participer à l’effort de guerre allemand, des centaines de milliers de travailleurs français, souvent des jeunes gens, furent envoyés outre-Rhin pour remplacer les travailleurs partis
sur le Front de l’Est. Beaucoup trouvèrent refuge dans les maquis clandestins de la Résistance pour y échapper.
**Pour en savoir plus : www.pierre-soulages.com