Lettre à une très jolie collection de Cœurs de Marie

Collection d’ex-voto en forme de cœurs

(Suisse et Allemagne du Sud, 19e siècle) sur socle et sous globe de verre anciens
 

 
cloche coeur de Marie.jpg
 

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs

Certes, le français estime, racines latines obligent, que « cœur » est masculin… mais je perçois, dans ce charmant arrangement sous globe récemment acheté, des personnalités autant féminines que masculines. Et tout autant de caractères fortement trempés. Il en faut, me direz-vous, pour traverser les siècles et les vicissitudes de l’histoire tout en conservant le charme et la simplicité de petits objets autrefois si populaires.
J’ignore quelle est la main, moderne, qui a choisi de vous rassembler sous ce globe ancien. Mais qu’elle en soit remerciée : l’ensemble m’a séduite au premier coup d’œil. D’emblée, il m’a évoqué ce 19e siècle si fécond qui fut votre siècle de gloire… Images de belles dames en jupes de mousseline, manches gigots et peu seyants bonnets à la mode pré-Napoléon III :  la France provinciale de Flaubert immortalisée par Emma Bovary, trainant son spleen et son teint de porcelaine dans une campagne normande piquetée de clochers et d’oratoires, à peine remis de la tourmente anticléricale de la Révolution. Ou plus probablement, si j’en crois votre origine et le style très régionaliste de certains et certaines d’entre vous, les campagnes intensément catholiques de la même époque des cantons de Fribourg et Lucerne. Voire de Bavière ou du Tyrol autrichien. Petits ex-voto humbles et charmants si répandus dès les années 1830 dans le sillage d’un culte dédié au « Très Saint Cœur de Marie » à travers toute l’Europe catholique : on vous appelle souvent, tout simplement, « Cœurs de Marie ». C’est la dénomination de la plupart d’entre vous, serrés en un joli petit groupe de charmantes paroissiennes sur leur socle de bois noirci. Mais ces Messieurs, parmi vous, relèvent d’une tradition plus ancienne, celle du Sacré-Cœur de Jésus, et datent probablement du 18e siècle. Le cœur… organe devenu symbole de tant de sentiments. Le siège de l’âme des anciens Egyptiens. Le souffle vital au cœur de tant de cultures et de croyances. Et vous voilà, mon adorable petit troupeau de remerciements sous forme de cœurs en métal doré ou argenté, en laiton, incisés ou incrustés de cristaux, souvent creux, pour y loger un mot, une prière, le nom de personnes que l’on recommande à Marie. Sagement groupés sous votre coupole de verre, comme ces bouquets de mariées en fleurs d’orangers qui ornaient autrefois les cheminées des foyers bourgeois.
Petits cœurs, charmants ex-voto, jolis témoignages de piété populaire… je vous laisse à vos dévotions sous cloche et vous transmets, bien cordialement, toute ma tendresse.  

 

* collection privée S.L.Mehr